Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le gauchiste Jovial

Exister à gauche

1 Avril 2015 , Rédigé par Ostpolitik

Bon, je vous avoue que c'est pas la joie en ce moment. Ce n'est pas parce que Zayn Malik à quitté les One Direction, non, mais bien parce que la gauche a pris une déculottée monumentale aux départementales.

La fessée méritée du PS


Droite et extrême droite cumulées représentent près de 70% des sièges de conseillers départementaux, et le PS se retrouve dans une situation extrêmement difficile.
Certes, je ne porte pas le PS dans mon cœur. Ce parti mérite sa défaite tant les renoncements du gouvernement ont été nombreux depuis l'élection de François Hollande, qui n'a de Mitterandien que le prénom. Comment espérer que les électeurs se reconnaissent dans un parti qui dit être de gauche, qui fait une politique de droite et qui n'a, apparemment, pas l'intention d'en changer ? Encore un excellent moyen de renforcer la défiance des citoyens envers la chose politique. 

Un exemple : la loi Macron, même pas soutenue par une bonne partie des députés de la majorité, amorce une mouvement global de libéralisation de l'économie, et le bougre 
n'a pas l'intention de s'arrêter là. Il veut aussi  "flexibiliser" les CDI. 
Encore une loi gauchiste en somme. Limite communiste même.
EDIT : Le premier ministre a tout de même démenti. Donc Macron prend tout seul comme un grand des initiatives de droite.  

Un ministre dont on aurait pu faire l'économie. © Philippe Wojazer / Reuters

Un ministre dont on aurait pu faire l'économie. © Philippe Wojazer / Reuters

Quelle alternative ?

 

Mais bon, j'ai dit que j'étais triste, et ce n'est pas vraiment pour le PS, c'est surtout pour l'alternative de gauche. Le Front de Gauche résiste assez bien malgré tout, et il obtient 142 sièges pour les candidats qui se présentent sous ses divers étiquettes (FdG, PCF et PG). Soit bien plus du FN qui n'obtient que 54 sièges, à comparer avec les 2203 candidats frontistes présents au second tour. Il ne s'agit pas de nier que le FN s'installe dans le paysage politique français, mais simplement de montrer qu'il n'arrive pas à rassembler largement, contrairement aux listes Front de Gauche qui ont remporté les duels de second tour dans 70% des cas.


Une alternative de gauche solide est donc possible, mais il y a encore beaucoup de travail à accomplir. Parce que pour l'instant, ces formations ont touché à peine 10% des gens qui se sont déplacés pour voter. Certes, c'est beaucoup plus que pendant la grande époque du PCF sous Robert Hue, mais c'est tout de même beaucoup moins que ce que l'on pourrait attendre au vu de la situation du PS aujourd'hui.

Christian Favier est le dernier communiste à la tête d'un département (Val-de-Marne) après le passage à droite de l'Allier. 94.citoyens.com

Christian Favier est le dernier communiste à la tête d'un département (Val-de-Marne) après le passage à droite de l'Allier. 94.citoyens.com

En ordre dispersé

Alors pourquoi ce manque de dynamique ?
D'abord, trop de confusion, les amis. On ne comprend pas ce que vous faites. J'ai déjà du mal à expliquer le principe du Front de Gauche aux gens. "Non mais tu vois, c'est pas un parti, c'est un regroupement de partis en fait, et tu peux être dedans SANS être dans un des partis qui fait partie du Front de Gauche" Et après ce discours, c'est votre pote qui est parti. Et on le comprend. Alors oui à la création du Front de Gauche, il a fallu ménager les susceptibilités, et faire un truc pas contraignant, dans lequel tout le monde pouvait gambader en paix. Au final, ça ressemble plutôt un bazar grand-guignolesque auquel personne ne comprend rien, quand il n'y a pas une figure charismatique au sommet pour donner une impression d'unité parfaite. Je parle bien sûr de Pierre Laurent.


Pendant les départementales, l'ensemble restait assez bordélique. Quelques listes PCF alliées au PS qui sont contre des listes Front de Gauche, des listes EELV qui sont soit avec le Front de Gauche, soit avec le PS, soit toutes seules. Et parfois des candidats communistes seuls avec des candidats Front de gauche contre eux. Et après, il faut s'étonner des mauvais score de cette autre gauche ?

Pour lutter contre cette stratégie illisible, il faut surtout aller vers une structure plus centralisée, plus efficace, avec une cohérence stratégique et programmatique. Et à ce moment là cette alternative sera porteuse de sens. Heureusement, des changements importants sont déjà à noter puisque le PCF s'est allié avec le PS dans seulement 5% des cas, contre près de 50% aux dernières municipales.

"Il aurait fallu un véritable miracle pour que les gens arrivent à nous détecter"

Jean-Luc Mélenchon

Rassembler largement pour viser loin

Il est très important de faire appel à toutes les forces de gauche qui souhaitent se placer en alternative au PS. Beaucoup de responsables du Front de Gauche le font déjà, mais c'est très important de le rappeler. Pour être crédible, l'autre gauche va devoir grossir ses rangs, quitte à faire des compromis.

Oui, des compromis, c'est un vilain mot pour certains (Je te vois Lutte Ouvrière), mais il est nécessaire de s'entendre absolument sur un programme et sur des objectifs clairs, pour créer une cohérence dans le discours des membres du Front de Gauche. Ce qui n'empêche bien sûr pas d'avoir des courants différents au sein du rassemblements, courants qui sont ici matérialisés par les partis.  

Si le PS a pu tenir pendant des dizaines d'années avec Gérard Filoche et Manuel Valls dans la même organisation, je pense qu'il est possible pour l'autre gauche de réunir des gens avec des sensibilités différentes mais qui auront pour point commun le rejet de l'austérité et des politiques de dérégulation et comme objectif partagé une société plus égalitaire.

Si seulement la gauche pouvait être en 2005 tous les jours...

Si seulement la gauche pouvait être en 2005 tous les jours...

Surtout, ne rien lâcher

Rassembler tout ce monde, c'est possible, et la gauche est en route pour le faire. Les écologistes commencent à venir, au niveau local en tout cas. EELV va sûrement exploser et son aile gauche pourrait rejoindre le Front de Gauche.
Coincés entre le pouvoir et la contestation, les frondeurs socialistes ne tarderont pas non plus à venir. (Oui je fais de la voyance aujourd'hui) 

Comment réagiront les socialistes quand ils seront dans l'opposition en 2017 ? Je ne serais pas étonné d'en voir certains, hyprocites comme toujours, venir quémander des alliances au Front de Gauche, eux qui ont passé leur temps à accuser l'autre gauche de faire gagner le Front National.

Bref, on ne perd pas espoir. 

Partager cet article

Commenter cet article