Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le gauchiste Jovial

À Lyon, rentrée en fanfare du mouvement contre la Loi Travail

15 Septembre 2016 , Rédigé par Ostpolitik

Le mouvement contre la Loi travail fait son retour pour la rentrée ce 15 septembre. Le cortège a défilé de la manufacture des tabacs jusqu'à la place Bellecour. S'il n'y a pas eu d'incidents pendant le défilé, une manifestation sauvage a eu lieu en fin de parcours.

C'est un peu un nouveau départ pour le mouvement contre la loi travail, qui avait marqué une pause pendant l'été après un dernier appel à manifester le 5 juillet dernier. Les manifestants lyonnais se sont donnés rendez-vous à 11h à la manufacture des tabacs, à l'appel des syndicats. Le défilé, encadré par de nombreux CRS et surveillé par un hélicoptère s'est peu à peu étoffé jusqu'à son départ, aux alentours de midi avec le cortège des autonomes en tête.

Ces manifestants autonomes ont beaucoup fait parler d'eux pour les violences qu'ils provoqueraient, et ont pris une importance de plus en plus grande depuis le début du mouvement social. Ce cortège est surtout composé de jeunes. Rémi est l'un d'entre eux. Musicien, il manifeste avec ces militants vêtus de noir et souvent masqués. Il explique que ce cortège lui permet de défiler sans être « sous le drapeau d'un syndicat ». Même s'il a participé à toutes les manifestations « depuis le début », il raconte que l'utilisation du 49-3 par le gouvernement pour faire passer en force la loi travail a été un vrai électrochoc, qui l'a poussé à se joindre à ces militants plus radicaux.

Tim et Julien, viennent également aux manifestations depuis le début du mouvement. Ils sont « pris une douche » en découvrant le projet de la loi travail, après avoir voté Hollande en 2012. Mais c'est surtout depuis les violences policières qui avaient émaillé les défilés du 28 août dernier qu'ils ont rejoint la tête du cortège. Ils y jouent le rôle de « médics », c'est à dire qu'ils ont « pris leurs trousses de soin » pour porter secours aux manifestants blessés.

La tête du cortège et la banderole des autonomes

La tête du cortège et la banderole des autonomes

Ces militants sont très surveillés par les CRS. Les forces de l'ordre ont d'ailleurs décidé de couper le cortège en deux pour isoler les autonomes, seulement dix minutes après le départ de la manifestation. La foule a fini par les encercler, et les CRS se sont retirés, sous les huées. La manœuvre n'avait apparemment pas d'autre but que de créer des tensions. « C'est juste de la provoc, il faut avancer » glisse un syndicaliste de la CGT. Hugo, syndicaliste à Sud est du même avis : le maintien de l'ordre à la française fait tout pour déclencher les affrontements. Il évoque à ce sujet « Un splendide isolement » un article d'Olivier Filleule et Fabien Jobard sur l'inefficacité de la stratégie française de gestion des manifestations.

Malgré le très strict encadrement policier, et les provocations, le cortège poursuit sa route, sans incidents, en direction de la place Bellecour. Certains scandent « Adama, on n'oublie pas », en référence à la mort d'Adama Traoré ce jeune homme noir, décédé après son interpellation par les forces de l'ordre. Un nouveau témoignage est d'ailleurs récemment venu accabler davantage les policiers.

Plus loin, un autre manifestant, masqué et portant une enceinte sur sa tête, joue la chanson "à Bas la hiérarchie" de Stupeflip, reprise en cœur par les militants. Un autre encore, déguisé en CRS hurle des slogans de défense des intermittents du spectacle devant les journalistes.

Le cortège était étroitement suivi par plusieurs dizaines de CRS

Le cortège était étroitement suivi par plusieurs dizaines de CRS

Arrivé à la place Bellecour, la CGT annonce son chiffre : 5000 personnes ont défilé. Un groupe d'une centaine de manifestants décide de poursuivre sa route, et finit par partir en manifestation sauvage, en direction de l'hôtel de ville, avec la police à leur poursuite. Durant le mouvement de foule, les CRS tirent : un homme a été blessé à la cheville par une grenade de désencerclement. Les manifestants qui ont quitté Bellecour se sont ensuite dispersés aux alentours des Cordeliers. Selon une information de Rue89 Lyon, huit d'entre eux ont été arrêtés. Il y a de nombreux policiers en patrouille dans le quartier. Certains passants sont fouillés, et leur identité est contrôlée. Le mouvement contre la loi travail est bien reparti.

Partager cet article

Commenter cet article