Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le gauchiste Jovial

Chroniques d'un processus dégénératif cérébral lent.

17 Octobre 2011 , Rédigé par Ostpolitik

Me voici de retour après une longue absence, principalement due au fait que j'avais la flemme d'écrire un nouvel article. Mais aujourd'hui, je prends les jambes de mon courage aux deux mains de mon cou afin de me lancer dans la rédaction d'un nouvelle diatribe bolcheviste pour votre plus grand plaisir.

 

Peut être vous souvenez-vous de cette affaire qui avait éclaboussé l'actualité avec la boue infâme des conflits d'intérêts. Elle mettait en scène une vieille vendeuse de shampoing sur le déclin, un ministre-comptable et sa femme, et bien sûr notre inénarrable président de la république, qui se retrouve injustement accusé dans un nombre de plus en plus vertigineux d'affaires politico-financières.

Il y en a qui n'ont vraiment pas de chance dans la vie.

Bref, vous avez deviné bande de petits galopins en culottes courtes, il s'agit bien sûr de l'affaire Bettencourt (admirablement résumée par une feuille de chou gauchiste ) qui revient aujourd'hui gambader sur le devant de la scène médiatique.

En effet, la demande de mise sous tutelle de Mamie Zinzin, réclamée depuis le début de l'affaire par la fille Bettencourt a été acceptée aujourd'hui. Apparemment la pauvre Lilliane souffrirait de démence, ce qui l'a conduite à donner plein d'argent et d'objets de valeur au sémillant François-Marie Banier.

Pourtant le fait qu'elle soit folle a été dementi par son gestionnaire de fortune,un certain Pascal Wihelm. Il est vrai que venant d'un homme qui brasse les milliards de l'héritière, et qui peut en faire ce qu'il veut, cet argument est extrêmement crédible.

Enfin bref, la vendeuse de cosmétiques est sous tutelle. Sa fille a enfin gagné.

 

Quelle Horreur ! 

Camarades, vous rendez-vous compte de ce que cela signifie ? L'héritière de l'Oréal avait menacé de "quitter la France" si elle était mise sous tutelle ! La République va perdre une richissime contribuable ! Bon d'accord, l'économiste Thomas Piketty explique que la vieille Bettencourt est moins imposée que ses employés de l'Oréal qui touchent le SMIG. Soulignons aussi que, entre 2006 et 2010, le fameux Bouclier Fiscal lui a valu d'être remboursée à hauteur de 100 millions d'euros par le fisc de notre beau pays égalitaire.

 

 

 

Ce qui pourrait donner à Mme Bettencourt une bonne raison de quitter le pays, ce serait une taxation au même niveau que celle de ses salariés. En effet, actuellement le revenu du travail est taxé à environ 42%, alors que les revenus du capital, c'est à dire ce que l'on gagne en ne faisant rien d'autre que de laisser dormir son argent, sont taxés à seulement 12%. Il faut également ajouter à cela que la femme la plus riche de France est une héritière, et que une partie de son patrimoine provient de son père. Il s'agit d'Eugène Schueller, fondateur de l'Oréal, qui a milité un certain temps dans le groupe d'extrême droite "La Cagoule", aux côtés d'un certain François Mitterrand, qui a dirigé un journal collaborationniste, avant de rejoindre la résistance juste à temps pour que ce ne soit pas suspect, en 1943 (peut être même en 1944 selon d'autres sources).

Il va sans dire qu'une fortune qui a été récupérée par le travail d'un autre, et qu'on se contente de regarder grandir devrait être taxée si ce n'est plus, au moins autant que celle que l'on a obtenu à la sueur de son front, fût-il national.

 

http://www.menly.fr/wp-content/uploads//2011/09/Liliane-Bettencourt.jpg

Suis-je une vieille gâteuse ?

 

Tout comme la non moins complexe affaire Karachi, détaillée dans un autre excellent article que je ne peux que vous conseiller, l'affaire Bettencourt met au grand jour le mélange malsain qui existe entre les différentes élites, qu'elles soient politiques, économiques, artistiques ou même judiciaires. En effet, Bernard Squarcini, le parton du renseignement intérieur, vient d'être mis en examen pour avoir mis sur écoute un journaliste du Monde qui travaillait sur l'affaire.

Lorsque l'on lit ce que l'on lit, je dois avouer qu'il faut une bonne dose de discernement pour ne pas succomber aux sirènes tonitruantes du "Tous pourris !", qui fait le bonheur de Marine Le Pen.

Pour mettre un peu de poésie dans ce monde de brutes, je veux dire simplement que j'espère que le cadavre pourrissant de Mme Bettencourt ne sera pas l'engrais qui fera fleurir les fleurs brunes de l'extrême droite.

 

 

 

  Votre poète urbain, Ostpolitik

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article