Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le gauchiste Jovial

Israël et Palestine : l'immobilisme avance.

4 Octobre 2011 , Rédigé par Ostpolitik

Et c'est reparti.

L'international reproche à Israël de jouer son rôle d'agresseur, avec ses colonies qui cloisonnent une Palestine, qui n'a pas l'estime de l'occident.

Peut être l'état Hébreux ne se remémore-t-il pas son histoire, lorsque ses armées bâtissent des murs de séparation.

Depuis des années, six décennies, la paix semble, si ce n'est impossible, en tout cas improbable au Moyen-Orient. Les quelques fois , dans l'histoire de ce conflit où un accord avait été sur le point d'être trouvé, un extrémiste, d'un bord ou de l'autre avait tout fait repartir à zéro.

Le zéro a au moins le mérite d'être une invention arabe qui sert aux deux camps.

 

Aujourd'hui encore les négociations piétinent. Un Quartet, comprenant l'UE, l'ONU, les Etats-Unis et la Russie a été mis sur pied pour trouver un accord entre les deux pays.

Au départ un rayon de soleil à semblé percer, les israéliens et les palestiniens se sont déclarés "favorables" à cet accord. Oui mais voilà, tout ne pouvait pas être aussi rose. Il se trouve que les deux parties ont chacune interprété le traité d'une manière différente. La Palestine a compris qu'Israël devait geler sa colonisation et rétablir les frontières de 1967, et Israël à compris qu'elle ne devait rien aux Palestiniens. Vaste programme.

 

En fait, cet immobilisme n'est pas très surprenant, il vous suffit de vous replonger dans vos souvenirs : c'était en 2008, l'amérique venait d'élire à sa tête le premier président noir de son histoire. Outre une panoplie de promesses plus ou moins tenues, Obama avait promis à demi-mot de résoudre le conflit israëlo-palestinien, par le dialogue et des techniques plus pacifiques que celles de son prédécesseur, le Walker Texas Ranger de Tel-Aviv.

Qu'elle était belle l'innocence, où l'on pensait que... que rien en fait.

L'état d'esprit n'était déjà pas très optimiste.

Il faut croire que les pessimistes avaient raison, car aujourd'hui, comme diraient les détracteurs d'Obama, le tableau est bien noir. La situation n'a pas avancé d'un pouce et toutes les tentatives du président américain se sont soldées par un échec. D'ailleurs, il y a quelques jours, le congrès des Etats-Unis à bloqué une aide de 200 millions de dollars destinée aux palestiniens, et le discours d'Obama à l'ONU l'a fait grimper en flèche sa cote de popularité en Israël.

 

http://www.linternaute.com/actualite/politique/rumeur-chefs-d-etat/image/mahmoud-ahmadinejad-579125.jpg

Mahmoud sait comment résoudre ce conflit:

Une recette simple à base de Négationnisme

et d'Uranium enrichi.

 

La reconnaissance d'un état palestinien par l'ONU semble être en très mauvaise voie. Obama, qui ne veut pas perdre Israël s'y est opposé, et Sarkozy a proposé de donner à l'autorité palestinienne un statut d'"observateurs'. Oui voilà, comme le Vatican. C'est très flatteur comme position.

Le premier ministre de l'état hébreux a encore autorisé la construction de 1100 logements de colons à Jérusalem-Est, et un attentat perpétré par des extrémistes sionistes à détruit une mosquée dans un village bédouin (plus d'infos ici). 

 

La situation a toujours été bloquée et le sera sans doute toujours si le peuple israélien ne prend pas son futur en main : c'est eux qui ont le pouvoir, c'est à eux de distribuer les cartes. Actuellement, le gouvernement conservateur et sioniste de Netanyahou semble se moquer éperdument de l'avis des Palestiniens comme de celui de la communauté internationale. Pourtant, il ne s'agit pas là de quitter le Moyen-Orient, mais il s'agit simplement pour le peuple d'Israël d'accepter des compromis, et peut être d'éviter de faire confiance à un gouvernement extrémiste de droite, qui si il continue sur cette voie ne pourra que mener à la guerre et à la destruction.

Et ça, c'est pas cool.

 

http://www.courrierinternational.com/files/imagecache/dossier/illustrations/dossier/2004/03/i601colonies.jpg

Ils ont des chapeaux ronds, vive les colons !


 

Il faut en finir avec cette politique qui conduit à la haine d'Israël dans les pays Arabes, et à la perte de certains de ses (rares) alliés, comme la Turquie par exemple.

Ce pays, entouré d'états qui le détestent survivra-t-il longtemps, avec le déclin, encore à peine amorcé,certes, de son alllié amércain ?

La violence génère la violence et l'islamisme radical fait de plus en plus d'adeptes. Il y a quelques heures encore, Gaza a lancé des roquettes sur Israël.

Comment tout cela va-t-il finir ? C'est la question à 1 millions.

 

 

 

                                                                                                                                               Votre pataquès nocturne, Ostpolitik

 

 


 

Partager cet article

Commenter cet article