Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le gauchiste Jovial

J'en ai marre d'entendre vos conneries sur le genre

16 Avril 2014 , Rédigé par Ostpolitik

Lors de mes navigations dans les eaux troubles, souvent tumultueuses de ce grand bazar qu'est l'internet mondial, mais aussi lors de mes discussions avec des vrais gens de la réalité véritable, il m'est arrivé plusieurs fois d'entendre les mêmes mots, de ressentir chez mes interlocuteurs la même peur, une lueur de désespoir traversant leurs yeux vides.

Craignez pour vos vies, planquez les robes de princesse de vos filles et les camions de pompier de vos fils. Tremblez : la "Théorie du genre" débarque.

 

Depuis que le gouvernement a émis l'idée d'autoriser le mariage des couples homosexuels, le débat politique de notre beau pays a été subitement inondé par diverses élucubrations sur la place de la femme, la place de l'homme, la place des enfants, la place de Clichy et la place de parking en bas de mon immeuble.

Et c'est cette "théorie du genre" qui semble faire le plus peur à ces opposants. Avant de me lancer dans les détails ennuyeux et dans les envolées lyriques, une précision s'impose : la théorie du genre, ça n'existe pas. ça ne veut rien dire. Le genre est un courant universitaire, scientifique, qui cherche à comprendre comment les hommes et les femmes sont construits socialement, et quelle part cette construction sociale occupe en chacun d'eux. POINT.

Il y a des gens qui parlent de "genre" et qui pourtant considèrent que les hommes et les femmes sont différents, et qu'ils devraient s'épanouir et se libérer dans les emplois qui correspondent aux traits de caractère associés à leur sexe, ou à leur genre justement. Ce courant est majoritairement anglo-saxon, mais on retrouve des auteures françaises qui y adhèrent. C'est par exemple le cas d'Antoinette Fouque.

Un courant de tradition française existe également : c'est le courant universaliste, dont une des figures majeures est Simone de Beauvoir, qui reconnaît les différences biologiques entre les hommes et les femmes comme étant uniquement physique, tout le "reste" étant de l'ordre du construit social.

Il existe également un troisième courant, le courant queer, qui lui, a choisi d'ignorer les différences biologiques, et de transgresser volontairement les à priori sociétaux sur les comportements attendus de la part de chaque sexe. 

 

 Spéciale dédicace à Christine Boutin

 

A partir de ce tour d'horizon, assez bref et superficiel, j'en conviens, il me semble tout de même difficile de continuer à parler de la "théorie du genre", n'est ce pas ?

Oui je m'adresse à toi, ignorant baveux au crucifix pendant. Toi qui, en sortant de ta messe du Dimanche pendant laquelle le curé de ton village à prêché la tolérance, t'es empressé d'aller te loguer sur ton compte Youtube pour aller poster des commentaires homophobes sur une vidéo qui n'avait certainement rien à voir avec le sujet.

Mais ce n'est pas la seule peur des anti "gender" (Oui ils le mettent en anglais, parce que ça fait étranger et sale, un peu comme quand on dit "Mc Chicken"), non, ces gens sont aussi effrayés de voir disparaitre les différences entre les sexes, l'uniformisation, 1984, starship troopers, la Corée du Nord, bref : l'enfer. On a d'ailleurs vu circuler plusieurs théories du complot sur le sujet, comme quoi le méchant gouvernement socialiste voulait imposer l'enseignement du djendeur à nos chères têtes blondes, ici ou

Ce qui est hallucinant, c'est que la plupart de ces militants appliquent leur propre grille d'analyse à ce qu'ils pensent être le genre.

Pour eux la société ce doit être "l'homme à sa place et la femme à sa place", ils leur ôtent la liberté de sortir de ces cases en faisant ce qu'ils veulent, une fille ne peut pas être pilote de chasse, un garçon ne peut pas faire de la danse, alors quand on leur parle du genre, c'est qu'on va ôter la liberté aux femmes de coller à l'image qu'ils se font de la femme, et empêcher les garçons de faire des "trucs de garçon".

Mais personne n'a jamais parlé de ça, au contraire, il s'agit plutôt d'ouvrir le champ des possibles aux garçons et aux filles, leur montrer qu'ils ne doivent pas se sentir inaptes à faire un métier simplement en raison de leur sexe. Personne ne va empêcher un garçon de devenir pompier ou une femme de devenir infirmière. Mais quand les femmes sont toujours payées moins bien que les hommes, qu'elles occupent moins de postes élevés (24% de femmes dans les conseils d'administration des entreprises du CAC40) et sont plus exposées à la précarité alors qu'elles réussissent mieux à l'école, il est légitime de se poser des questions. 

 

oitnb.jpg

Image tirée de la série Orange is the New Black,

la majorité des personnages principaux sont des

femmes

 

Un autre élément qui effraie ces défenseurs de l'essentialisme, c'est le SAIKSSE. Quelle horreur. On veut mettre du SAIKSSE dans la tête de nos enfants, et ce droit est reservé aux prêtres depuis le dernier concile, les enseignants n'ont pas à parler de zizis et de foufounes devant nos pauvres petits.

Bon, premièrement, arrêtez moi si je me trompe, mais les défenseurs de l'ordre établi sont plutôt des religieux pratiquants, et un certain nombre d'entre eux mettent certainement leurs enfants dans l'enseigement catholique privé. A ceux ci je leur dis : mêlez vous de vos miches.

Parler de sexe plus librement, c'est parler de ses problèmes plus librement,mieux prévenir les MST, avoir un autre regard sur ses relations avec les autres.

Vous avez peur de la "propagande homosexuelle", qui est toujours dans votre esprit liée à l'éducation sexuelle, allez savoir pourquoi. Vous pensez que vos enfants vont devenir gays si on leur montre des monsieurs qui se font des bisous. Eh bien j'ai une mauvaise nouvelle pour vous. Vos enfants sont déjà homosexuels. Pas tous bien sûr, mais un nombre non négligable d'entre eux l'est. Vous ne pouvez pas les changer, pas plus qu'ils ne seront changés s'ils sont hétérosexuels. Si la population homosexuelle augmente dans les statistiques, ce n'est pas parce qu'on leur a lavé le cerveau avec les théories crypto-gauchistes des ayatollahs de la bien pensance, mais parce que la parole se libère. Se dire gay devient de moins en moins honteux, de moins en moins risqué. Ecraser les enfants sous le poids des traditions, c'est créer des êtres schizophrènes, partagés entre ce qu'ils sont, et ce qu'ils doivent être.

 

Ah et Christine, tu as cité la Bible en qualifiant l'homosexualité d'"abomination", alors je vais citer Kaamelott en te répondant "Ta gueule".

Bisous.

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

megg elo 21/04/2014 09:51

Merci pour cette remise au point en bonne et due forme, continuez :)