Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le gauchiste Jovial

Y en a pas un sur cent...

26 Janvier 2012 , Rédigé par Ostpolitik

Chers amis, chers camarades, tout d'abord, et comme d'habitude, je tiens à me justifier pour ma feignantise et pour les intervalles de plus en plus longs entre mes articles : j'avais mes examens et j'étais noyé sous un flot ininterrompu de travail. Mais aujourd'hui je reprends mon clavier à deux mains pour vous servir mon habituel travail de qualité, écrit avec la grâce et l'aisance du futile cormoran.

Vous qui ne respectez rien et qui urinez allègrement sur le travail de nos talentueux artistes (Michel Sardou, toussa), vous avez certainement déjà pillé le patrimoine culturel mondial sur le site terroriste-pro-palestinien Megauplaod. Vous n'êtes donc pas sans savoir que suite à une attaque savamment orchestrée par e FBI, le site à été fermé et son nom de domaine saisi. Ce n'est pas Megaupload qui va m'intéresser dans cet article, le site avait presque le monopole du "direct download" sur internet, et son patron ressemblait plus à un mafieux mégalomane qu'à un humaniste anarchiste, comme en témoigne cet article de Rue89.

Non, ce qui m'intéresse c'est ce qui est venu après : les représailles, des attaques sur des sites de gouvernements et de grandes entreprises fomenté par un groupe d'un genre nouveau qui existe déjà depuis quelques temps : Les Anonymous. Un nom mélodieux et mystérieux qui a pour mérite d'effrayer les puissants. Mais qui sont-ils ? On ne le sait pas. Combien sont-ils ? Aucune idée non plus. Ce sont simplement des gens, qui, à travers le monde se battent pour plus de liberté sur internet. Ils se battent aussi pour la liberté des peuples, comme le monde avait pu le voir lors de leurs actions contre le réseau informatique des ex-dictatures du monde arabe. Ne cherchez pas de programme, de plan d'action ou d'idéologie particulière derrière les Anonymous, il s'agit plus d'une nébuleuse que d'un véritable groupe. Organisés à la manière des petits chérubins d'Al-Quaïda ( La comparaison est peu flatteuse, mais c'est la seule que j'ai trouvée ) les membres d'Anonymous ne se connaissent pas entre eux, ou alors par groupes de 2 ou 3 personnes, de cette façon le réseau est impossible à démanteler, et il pose un vrai problème aux gouvernements du monde. Et c'est tant mieux.

 

http://www.gizmodo.fr/wp-content/uploads/2011/11/psn-playstation-sony-anonymous-cover4-H-290465-131.png

Le masque du film V pour Vendetta, symbole des 

Anonymous.

 

Il est rassurant de savoir que des gens se battent pour une plus grande liberté sur internet, c'est rassurant vis à vis des gens qui ne savent pas ce qui se passe, vis à vis de ceux qui n'ont pas les moyens d'agir. Le dernier combat notable des Anonymous, surtout aux États-Unis, concernait la loi SOPA, une loi liberticide pour les internautes, puisqu'elle limitait grandement la possibilité d'utiliser des contenus (musiques, images, films) dotés de droits d'auteurs, et ainsi de poursuivre la spirale infernale de la privatisation de la connaissance et de la culture. L'annonce de la création de cette loi à fait grand bruit sur internet, de nombreux sites américains se sont mis en grève pour s'y opposer, et les responsables de la SOPA ont étés submergés de courriels et de coups de téléphone. Le congrès américain a fini par reculer, et le président Obama a exprimé ses doutes par rapport à la légitimité de cette loi.

Les actions des anonymous sont salutaires dans le sens ou elles permettent au peuple de contrôler un peu les actions des gouvernements sur le net. Par des moyens divers, qui consistent le plus souvent en une surcharge des sites visés, les Anonymous permettent une nouvelle forme de protestation. Le mouvement est en grande majorité soutenu par les internautes, ce qui permet de donner d'autant plus d'ampleur à ces actions, à leur donner plus de visibilité, même si on est toujours amusé de voir le kikoolol du quartier mettre un le logo des anonymous comme image MSN, et défendre sa liberté de raconter sa vie sur Facebook. Mais l'idée générale est là.

 

http://ftp-developpez.com/gordon-fowler/SOPA%20PIPA/WikipediaBlackOut.png

Wikipédia a fermé son site en guise de protestation contre

la SOPA.

 

Le net est un espace de liberté fantastique pour les gens, et contrairement à ce que certains voudraient faire croire, ce n'est pas un espace d'anarchie complète ou se croisent les pédophiles et les jeunes de l'UMP. Internet est déjà encadré par des lois qui lui permettent de ne pas devenir un repaire de criminels. Le fait est, que, ayant vu le rôle extrêmement important qu'ont pris les réseaux sociaux dans les révolutions arabes, les gouvernements de nos belles démocraties occidentales ont certainement pris peur, et espèrent pouvoir contrôler cet "zone de non-droit" en légiférant.

Mais le problème, c'est qu'on ne contrôle pas internet. On l'a vu avec la loi HADOPI en France, qui n'a servi absolument à rien sinon à augmenter davantage la détestation de Sarkozy chez les défenseurs de la liberté sur internet.

Si vous voulez controler les internautes, il faudra couper la connexion.

Mais à ce moment là, ce sera dans la rue que les choses vont se jouer.

 

 

                                                                                                                                                        Votre Gangstah, Ostpolitik


Partager cet article

Commenter cet article